Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Tout Moi

Le Tout Moi

Un peu de tout et beaucoup de moi... De Macao à Bruxelles en passant par la vie !


Rencontre avec Henry Bliss... un artiste plus en accord !

Publié par Le Tout Moi sur 17 Février 2011, 11:04am

Catégories : #Portraits d'artistes

 Capture-d-ecran-2011-02-17-a-11.08.30.png

Après une maîtrise en gestion à l’UCL, un master en économie européenne et quelques tentatives sur le marché du travail, Henry se rend compte qu’il fait ça à contre coeur et qu’il se perd dans cette vie qui ne lui correspond pas. Il  décide de tout quitter et de se consacrer uniquement à ce qui le fait vribrer au plus profond de lui…la musique !

Rencontre avec un artiste plus en accord… avec lui-même ! 


Blue Monday s’est séparé il y a peu. Tu te diriges vers quoi maintenant ? Un nouveau groupe ? Un solo ?


C’est un peu un nouveau départ ! Il y a un projet d’album plus axé sur la scène avec Cédric De Meersman qui serait en quelque sorte la suite de Blue Monday, avec les Studios Dada et le label Hébra Records comme co-producteurs… Mon rêve c’est de jouer un jour dans un festival comme Pukkelpop ou Werchter… J’aimerais trouver une équipe qui colle artistiquement à mon univers. Donc là dans un premier temps, on va s’isoler avec Cédric De Meersman (ex-Blue Monday) pendant une dizaine de jours durant lesquels on va fixer les bases de nouveaux morceaux. J’espère en sortir 3 maquettes car là on a 15-20 morceaux qui traînent dans nos tiroirs. Je continue à avancer sur des recherches de son, sur des compositions même si ça n’a pas été l’essentiel de mon temps ces derniers mois parce que j’essaie d’écrire un roman aussi… tu ne le savais peut-être pas?

 

Non… C’est un roman qui raconte…?


C’est un roman, une fiction… l’histoire d’un mec qui est marié, père de famille qui a fait les mauvais choix dans sa vie et il se retrouve avec la corde au cou à un âge trop avancé que pour faire marche arrière. Le livre explique une espèce de décadence et de perte complète de sa vie… Sa vie part en sucettes, quoi (rire) ! J’ai toujours voulu depuis mon premier album écrire un bouquin à côté avec les mêmes thèmes. Et l’idée de le mélanger à l’album me plaisait… C’est peut-être ce qu’on fera fin d’année !  Un nouveau single avec le livre? Mais rien n’est sûr pour l’instant. C’est un projet en construction. Je suis à la moitié du bouquin et j’espère le finir en juin.

 

Est-ce un sujet qui te fait peur ? Le fait de faire de mauvais choix et de te retrouver bloqué ?


C’est ce que j’ai un peu vécu, je pense, sans avoir brûlé les étapes de la vie. Du coup à travers ce livre, je me suis un peu projeté dans le milieu de la haute finance, marié, avec des enfants sans avoir pris le temps de me remettre en question par rapport à mes goûts. A 24-25 ans, j’ai pris conscience de ce que j’étais, de ma propre réalité, de mes forces et mes faiblesses, je me suis regardé dans un miroir et je me suis rendu compte qu’il y avait pas mal de choses qui ne tournaient pas rond, et que j’avais probablement fait pas mal de mauvais choix … J’ai eu cette prise de conscience, conscience d’une logique qu’il y a dans la vie et qu’on a tendance à oublier, et depuis lors je nourris cette envie de pouvoir la communiquer d’une manière ou d’une autre à travers du son, à travers des mots, ... Et je résume ça en une phrase sur mon site et sur le premier album : « Qui sème une pensée, récolte une action. Qui sème une action récolte une habitude. Qui sème une habitude récolte un caractère. Qui sème un caractère récolte un destin. ». Cette phrase peut être lue de différentes manières… Ce qu’il faut retenir c’est qu’une simple pensée peut influencer le cours d’une vie … Il y a des choses qui se passent qui font de nous ce que nous sommes aujourd’hui : nos bonnes ou mauvaises habitudes, nos traits de caractères, etc. En prendre conscience est une chose, ensuite il faut vouloir changer si on pense avoir pris le mauvais chemin. Je pense aux gens qui vont voir les putes à outrance ou qui vont picoler de manière excessive ou qui vont être complètement dépendant au jeu… Tous Les excès quoi ! J’ai connu « la dépendance au jeu » aussi entre 2003 et 2005 ou j’étais un ‘’bête’’ étudiant universitaire parcourant tous les casinos de Bruxelles et de Louvain-La-Neuve en permanence. Un jour je me suis rendu compte que si je continuais de cette manière là, j’arriverais à un point de non retour. J’ai aussi compris que je ne voulais pas me réveiller 30 ans plus tard et me dire que ce n’était pas la direction que j’aurais voulu prendre … et faire marche arrière ce n’est pas toujours évident… Je m’égare un peu là (rire)…

 

Et donc tes projets artistiques ? 

 

Ah oui c’est ça (rire) !

Donc avec Cédric, Philippe Malempré et un pote ingénieur du son qui s’intéresse à certaines maquettes réalisées l’année dernière en m’isolant à la campagne. Il y aura d’autres rencontres certainement.

 

Un isolement à la campagne ?


Oui je suis parti presque 1 mois dans un chalet … C’est là d’ailleurs que j’ai commencé à écrire le livre. Je suis parti avec un enregistreur et j’ai réalisé plusieurs morceaux en posant ma voix avec parfois un peu de percussion mais tout en restant très basique… et ce qui est marrant c’est que quand je suis revenu tout le monde me demandait « Mais qu’est-ce que tu vas bien pouvoir faire avec ça ? » et moi j’avais ressentis quelque chose de fort en faisant cette maquette parce que tout simplement j’avais mis toute ma sincérité dans ce que j’écrivais… Et une partie de cette maquette a servi comme BO à l’émission « Rendez-vous en terre inconnue » !

 

Justement… Tu as participé il y a peu à la création de la musique de « Rendez-vous en terre inconnue » avec Virginie Efira comme invitée. Peux-tu nous raconter cette expérience ?


C’était une super expérience ! Elle s’est tellement bien passée qu’on espère la renouveler et pourquoi pas faire un album spécial avec tous ces morceaux.  Pierre Stine, réalisateur de plus en plus connu et qui travaille sur un grand nombre de documentaires, est l’un des 2 réalisateurs officiels de « Rendez-vous en terre inconnue ». Il a appelé Philippe et lui a expliqué que son compositeur officiel les avait lâché … Et  Phil a directement pensé à moi (sourire). Ce qui est très drôle dans l’histoire, c’est qu’une quinzaine de jours avant je regardais l’émission avec Gérard Jugnot comme invité et je me disais justement : "si un jour je pouvais avoir l’occasion de faire une musique pour une émission j’aimerais que ce soit celle-là"... Après, tout s’est passé très vite, nous avons convenu de leur livrer 10 morceaux et nous avions 12 jours pour le faire. Heureusement, j’avais quelques morceaux au fond de mon tiroir qui nous ont inspiré pour composer des morceaux qui devaient coller aux images. On a travaillé jours et nuits avec Phil, on s’est fait conseiller par Pierre, le réalisateur, on recevait des feedbacks des monteurs qui nous disaient ce qui allait et ce qui n’allait pas par rapport au montage des images ! C’est la première fois que je participais à la réalisation d’une BO, c’est une autre manière de travailler mais ça m’a beaucoup plu !  Au final, ils ont pris 6 morceaux sur les 10 dont 2 ont été utilisés 2 fois dans l’émission, 2 autres ont été utilisés pour les bandes annonces et encore un autre pour le générique de fin ! Ce qui fait d’autant plus plaisir…

Ce qui est sympa aussi, c’est de voir le retour des gens sur les forums… Parce que c’est important de savoir ce qu’ils en pensent… Au-delà de se faire du bien en composant, c’est de faire plaisir aux autres…

 

Quand as-tu su que tu voulais devenir chanteur ?


C’est assez marrant… je ne me considère pas vraiment comme un chanteur…

 

Compositeur ?


Non plus, je considère que c’est un tout… Je n’ai jamais vraiment voulu être chanteur mais je voulais dire des choses en musique… Je ne sais pas, c’est un peu comme Alain Bashung, Benjamin Biolay… je me retrouve assez bien dans ce genre là… Pas au niveau de leur poésie car ils sont tellement brillants… Ce n’est pas du tout pour me mettre à leur niveau… C’est juste que j’aime bien leur manière d’utiliser les mots, la musique qu’ils font et leurs voix, leurs grains un peu rocailleux… ça amène quelque chose de pertinent… ça touche les gens… Ca marche et je me vois plus dans ce genre de catégorie… Je n’aime pas ma voix en fait (rire)…

 

Mais tu aimes chanter ? 

 

J’aime bien chanter mais je ne chanterai jamais sans ma guitare. C’est un complément ! D’abord, il y a la musique et puis je mets des paroles dessus ! Bien sûr je pourrais m’améliorer et aller prendre des cours mais je veux garder une certaine sincérité… Je n’ai jamais suivi de cours, je n’ai jamais été au conservatoire ou à l’académie. Et j’espère qu’un jour je ferai partie de ces gens qui arrivent à faire de très grands morceaux sans forcément avoir une voix exceptionnelle ! Je suis persuadé qu’avec peu de choses, on peut faire de grandes choses, tout simplement !

 

Et donc quand as-tu su que tu voulais faire de grandes choses ?


Ha oui… Je ne répondais pas à la question (éclat de rire)… J’ai un peu de mal (rire)…

Alors… Je devais avoir 11 – 12 ans... j’étais avec un micro dans la chambre de mon frère à chanter le premier morceau de Coolio (Gangsta's Paradise) et puis je chipotais déjà des morceaux au piano que j’enregistrais ensuite sur des cassettes audio… il faudrait que je les retrouve d’ailleurs (sourire)… Et je me souviens même encore aujourd’hui de l’émotion que j’ai ressentie en faisant ça ! Ensuite j’ai abordé la musique d’une autre façon, comme un exutoire, et maintenant, finalement, je veux revenir à ces sensations de quand j’étais plus petit… Envie de se faire plaisir et de s’amuser… Tout le côté positif !!! Même si je parle plus facilement de douleurs, de choses qui ne vont pas, plutôt que des choses positives.

 

Blue Monday n’existe plus… Tu vas prendre un nouveau nom ?


J’avais au tout départ pris le nom de « Henry Bliss » puis c’est devenu « Henry Bliss and The Sidewalkers. » Et finalement « Blue Monday » ! Mais Henry Bliss est toujours resté ! J’ai choisi ce nom il y a 4 ans et c’est ce pseudonyme que j’utilise aujourd’hui pour mes différents projets artistiques. Pour le projet d’album axé sur la scène que je démarre avec Cédric pour l’instant, on proposera certainement un nouveau nom de groupe!

 

Pourquoi BLISS ?


BLISS remonte à une époque où je ne faisais pas grand chose de bien. Je me dégommais pas mal… Bliss est une réaction à ça ! Le contraire… Je voulais à ce moment-là devenir quelqu’un d’autre et BLISS représentait l’opposé de ce que je pouvais ressentir à ce moment-là… Bliss exprime le bonheur, ce que chaque personne souhaite atteindre, … Aujourd’hui, les choses ont bien changées. J’ai des projets, je me dis que chaque moment vaut la peine d’être vécu et il faut donc en profiter… C’est ce que je pense… Je ressens et je vis des choses aujourd’hui que je n’osais imaginer il y a 4-5 ans !

 

Comment te vois-tu dans 5 ans ?


J’espère avoir réussi à vivre de ma musique car c’est important. Si je devais retourner dans le milieu du travail privé ou public, je crois que ça me tuerait d’une façon ou d’une autre… Déjà en vivre à travers tous les projets dont j’ai parlé ! J’aimerais avoir réussi un livre… Peut-être pas forcément le premier… car en général le premier livre n’est pas forcément celui qui marche… Bref avoir un bouquin qui a marché et un album qui a marché… Etre toujours avec ma femme et avoir deux enfants ! 2 max (rire) !

Et toujours m’épanouir là-dedans sans pression ! Grâce au statut d’artiste que j’ai obtenu, non sans difficultés il y a deux jours, je vais enfin pouvoir aborder la vie différemment ! J’ai l’impression qu’avant le temps était compté ! Aujourd’hui je vais pouvoir me consacrer pleinement à mes projets en m’imposant mon rythme de travail et pas celui de quelqu’un d’autre !

 

Plus d'infos: 

 www.henry-bliss.com

 

Photo: Bertrand Sottiaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents